Partir aux iles Gili

Un trio d’îles mystérieuses dont on parle très peu dans les agences touristiques. Normal, presque six heures de trajet, sépare ce paradis de la touristique Bali, l’île des Dieux.

Après 2 heures de Fast boat* à fendre les vagues on arrive peu après midi. On est tout de suite frappée par l’étonnante  couleur turquoise de l’eau. La plage à perte de vue avec ses pirogues amarrées le long de la berge qui, avec leur toiture en toile  font penser à des gondoles vénitiennes. Première impression: le calme. Pas de véhicules motorisés; pas de voitures ni même de motos. Ici ne circulent que des vélos et des calèches tirées par des chevaux. En s’enfonçant un peu on découvre les hôtels avec leurs magnifiques piscines, des restaurants, des agences de tourisme et des écoles de plongées longeant la plage sur une demi-douzaine de kilomètres. Après quelques minutes de marche le long d’une route ensablée on arrive à notre cottage**. Il est ravissant, avec sa piscine privative, ses lits à baldaquins surplombés par des moustiquaires en voile blancs.  L’accueil est sympathique, les employés sont souriants et aimables. La vue sur la mer et sur le Mont Rijani, le volcan qui surplombe les rives de Lombok, est surréaliste.

Toute la journée on profite de la plage et des nombreuses activités nautiques qui sont proposées. On enfile son masque, son tuba et ses palmes…On part à la découverte du fond marin. En snorkelling* on se surprend à donner la main à une tortue géante, à nager avec une raie Manta, à observer les coraux chatoyants et des spécimens marins aux couleurs éclatantes.

Puis à la tombée de la nuit, l’île s’éveille! les bars et les restaurants s’animent, le long de la route, face à la mer. Des jeux de lumières tamisées, des tables chics, avec vins de grand cru sur les tables; on se croirait à Saint-Germain des Prés. Si l’ambiance guindée nous étouffe, tant pis! Il y a le marché ou l’on mange à la bonne franquette. Les tables sont joyeuses et festives, on s’invite à la table de son voisin, on parle anglais, français, espagnol, allemand, chinois, on sourit beaucoup…On fait son choix sur les différents étales des marchands.  Du poisson frais et des fruits de mer tout justes sortis de la mer, grillés sous nos yeux. On s’accompagne d’une bière, qui désaltère étonnamment bien sous la chaleur tropicale, et on dévore son repas en écoutant le brouhaha du marché couvrant le bruit des vagues.

Après avoir mangé, on peut longer le littoral et s’installer sur l’un des sofas du cinéma en plein air de l’Hotel Vila Ombak . Ici vous pourrez voir le dernier James Bond en sirotant un cocktail, les pieds dans le sable, dos à la mer, en respirant l’air marin.

Si après ce film vous n’êtes pas fatigué, passez par un des bars face au marché. A partir de 22H, un groupe local entonne des sessions live de rock,  reprenant Wonderwall à la perfection. On se croirait à un concert de rock.

Puis le Dj se mixe le meilleur du Hip Hop, du RnB et de la house digne des boites les plus branchées de Paris.  La piste de danse se remplit. Des néozélandais(e), américain(e)s, australien(ne)s, italien(ne)s, sud-africain(e)s, néerlandais(es), français(es), anglais(es), indonésien(ne)s, chinois(es), japonais(es) enflamment le dancefloor jusqu’au bout de la nuit. A minuit, éreinté on sort du tumulte et on prend un vrai bain de minuit dans la mer éclairée par la lumières des réverbères.

*Bateau rapide à huit moteurs

**Petite villa élégante de la campagne

***Nage avec masque, tuba et palme

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :